mur-porteur

Comment casser un mur porteur ?

Devenir propriétaire immobilier est un rêve pour beaucoup de personnes. Pourtant, après avoir acheté une maison, vous devez faire face à certains obstacles. Le tout premier pourrait être les travaux de rénovation. Pour aménager votre maison comme bon vous semble, il est possible que vous ayez besoin de casser certaines cloisons pour réunir certaines pièces. Si cette démarche n’est pas compliquée à faire, il faut toutefois faire attention, s’il s’agit d’un mur porteur.

Casser un mur porteur : une opération délicate

Quand vous achetez une ancienne maison, vous devez prévoir un budget de rénovation. Celui-ci vous permettra entre autres, d’assurer les opérations de maintenance ou de remise en état de la maison. Ces opérations nécessitent généralement certaines démolitions. Selon vos besoins, vous pourriez casser les cloisons qui séparent la salle à manger et le salon, ou alors celles qui séparent deux chambres à coucher.

Toutes les cloisons n’ont pas les mêmes fonctions. En effet, au lieu d’une simple séparation, il peut s’agir d’un mur porteur. Dans ce cas, la démolition est plus délicate. Certaines précautions doivent être prises pour réussir à casser un mur porteur. Quelles sont ces précautions ?

Faire des démarches administratives et convoquer un architecte

Avant même de casser un mur porteur, certaines démarches administratives sont à finaliser. S’il s’agit d’un appartement, un accord du syndicat est requis. Pour aller vite, vous pouvez vous faire assister par des professionnels de la rénovation de maison. Ils maîtrisent les démarches administratives indispensables. Par ailleurs, pour un projet qui nécessite le cassage d’un mur porteur, il peut être utile de faire appel à un architecte qui se chargera de faire une étude de faisabilité.

  Comment faire une extension de maison pas chère ?

Le rôle de l’architecte est important. Il s’assure que les éléments de soutien qu’une autre structure de support détruit, soient remplacés. Pour faire une ouverture, l’architecte doit également contacter un bureau d’études techniques structure ou démolition. En se basant sur des mesures et des calculs, le bureau indiquera la méthode la plus adéquate pour ouvrir le mur porteur.

Poser des étais

Après les études de faisabilité, l’étape suivante consistera à placer des étais de part et d’autre du mur porteur. Le rôle des étais est de stabiliser le plancher supérieur pendant toute la durée des travaux. Les étais sont des sortes de piliers métalliques qui se tiennent en position verticale afin de soutenir provisoirement un linteau ou un mur.

La pose des étais se fait suivant des méthodes particulières. L’une d’entre elles consiste à faire des trous au-dessus de l’endroit où vous pensez installer le futur linteau. Les orifices doivent se faire tous les 50 à 80 cm. Dans chaque trou, vous devez à présent insérer les bastaings en bois sous lesquels les étais seront posés.

Poser le linteau IPN

Lorsque les étais sont placés, ils soutiennent le plancher supérieur. À ce moment-là, vous devez poser un linteau IPN. Cette poutre métallique permet de supporter le poids des étages qui se trouvent au-dessus du mur porteur qui a subi une démolition. Pour stabiliser la structure soutenue, le linteau IPN doit dépasser 20 cm à ses extrémités. Cela permet aux ouvriers de les insérer plus facilement et surtout plus solidement dans les murs. En fonction de l’aspect que vous souhaitez donner à l’ouverture du mur porteur, vous choisirez entre un linteau IPN conservé en l’état et un linteau IPN coffré avec du béton.

  Comment refaire sa salle de bain ?

Percer le mur porteur, retirer les étais

Le perçage du mur porteur est une tâche relativement complexe qui comporte des risques. Pour casser le mur, on utilise en général une disquette. On évitera l’usage d’une masse pour ne pas déstabiliser le linteau qui a été placé précédemment. Cela permettra également d’avoir de bonnes finitions. Les étapes suivantes se succèdent de façon intuitive. Tout d’abord, vous devez ouvrir le mur porteur en dessous du linteau puis casser progressivement du haut vers le bas. Après avoir réalisé l’ouverture, il est souhaitable d’attendre que le mortier qui entoure l’IPN se sèche avant de passer aux finitions.

 

Nombre de mots : 646

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *